Chirurgie esthétique : son champ d'action s'élargit

Otoplastie > Blog > Chirurgie esthétique : son champ d'action s'élargit
Publié le : 18 Fevrier 2016 à 15:33
Chirurgie esthétique : son champ d'action s'élargit

 

Un congrès international sur la chirurgie esthétique baptisé IMCAS (Aesthetic Surgery & Cosmetic Dermatology) s'est tenu les 30 et 31 janvier derniers à Paris. Contrairement aux réunions précédentes, ce congrès a réuni près de 6 000 professionnels issus de 85 pays différents, une facette qui prouve que ce domaine s'est largement démocratisé et ne se cantonne plus aux pays riches. Il semblerait bien donc que la chirurgie fait peau neuve et ce n'est pas seulement une question de démocratisation …

Une expansion rapide

Il y a quelques années encore, seules les célébrités et les gens fortunés pouvaient parler de chirurgie esthétique. De nos jours, la classe moyenne s'y met également, mais cela ne concerne bien sûr que ceux qui ont le pouvoir d'achat nécessaire. Cette expansion est visible dans de nombreux pays dont la France.    

Les Américains et les Asiatiques au premier plan

Si tous, nous pensions que les Européens et les Français sont ceux qui ont le plus recours à la chirurgie esthétique, et bien, nous avons tous tort puisque ces derniers se retrouvent loin derrière les Américains et les Asiatiques. En ce qui concerne la France, 85 % des patients sont de sexe féminin.

Une prédominance des traitements non chirurgicaux

Qui dit chirurgie esthétique ne dit pas forcément utilisation du bistouri comme le prouve les tendances actuelles. En effet, la majorité des patients se tournent de plus en plus vers la chirurgie non invasive c'est-à-dire, les traitements où le praticien n'est pas obligé d'inciser au scalpel et bistouri. Selon les professionnels, l'avenir de ce secteur est tout tracé : moins de bistouri et plus d'ultrasons, de radiofréquence et d'acide hyaluronique.

Les praticiens comme premiers responsables

Dans ce domaine, les ratages sont nombreux. IMCAS a donc été l'occasion pour redéfinir les responsabilités des praticiens qui sont considérés comme les premiers responsables de chaque acte chirurgical réalisé. Cela suppose que tous les chirurgiens doivent savoir éclairer les patients et mettre le holà lorsque les cas l'exigent.

A lire aussi : Chirurgie esthétique : véritable boom en 2015