Otoplastie : le seul moyen vraiment efficace pour y remédier

Otoplastie > Blog > Otoplastie : le seul moyen vraiment efficace pour y remédier
Publié le : 26 Juillet 2017 à 11:35
Otoplastie : le seul moyen vraiment efficace pour y remédier

L’otoplastie désigne la chirurgie qui vise à réparer des oreilles décollées. Ce phénomène n’est ni douloureux ni handicapant, mais peut toutefois faire naître un certain mal-être chez les enfants. En effet, avoir des « oreilles d’éléphants » n’est pas vraiment motivant quand elles sont sources de moquerie chez les camarades. Pour leur éviter de passer par ce moment traumatisant, l’otoplastie s’avère être la meilleure solution.

En quoi cela consiste-t-il ?

Il s’agit d’opérer l’oreille afin de la ramener plus près du crâne. Dans la majorité des cas, ce sont les deux oreilles qui sont concernées et cela a une origine congénitale. Le décollement se remarque dès la naissance. Certains parents pensent qu’en faisant porter un bandeau ou un bonnet à l’enfant, elles se remettront à la bonne place. Ces méthodes sont toutefois vaines d’où la nécessité d’opérer.

L’intervention vise à supprimer cette anomalie afin de donner aux patients des oreilles placées comme il faut.

Comment cela fonctionne ?

L’otoplastie est une opération bénigne, toutefois, les risques ne sont jamais à écarter. Elle peut être réalisée dès l’âge de sept ans, mais il faut que l’enfant donne son accord. Les parents ne peuvent l’y obliger s’il ne le souhaite pas. D’ailleurs, avant d’opérer, le chirurgien lui explique clairement ce qu’il va faire, ce à quoi il va ressembler après l’intervention et ce, à quoi il est exposé. Le but n’est pas de lui faire peur, mais de lui faire comprendre globalement la procédure habituelle.

S’il donne son accord, l’intervention est planifiée. Le patient est placé sous anesthésie locale ou générale selon les cas. La tolérance du patient et son âge seront tenus en compte durant le choix de l’anesthésie. Un entretien avec l’anesthésiste doit d’ailleurs être planifié 48 heures avant le jour J.

Le chirurgien va ensuite modifier les cartilages auriculaires pour ramener les oreilles plus près du crâne. Selon les cas, il peut affiner et remodeler les cartilages afin d’apporter la correction voulue. Dans le cas d’un pavillon important, l’incision se fera à l’arrière de l’oreille et les tissus seront ensuite décollés pour pouvoir affiner le cartilage concerné. Lorsque ce dernier sera plus mince, le chirurgien pourra réaliser un autre pli avec les points de suture. Lorsque ce pli sera mis en place, il enlève les excès cutanés et/ou le muscle situé derrière les oreilles. Ces dernières se retrouveront plus près de crâne, mais pas trop collées non plus pour qu’on puisse les voir de face.

Avant la sortie du bloc, il pose un pansement en forme de casque sur la tête lequel sera remplacé par un pansement de type bandeau dès le lendemain. Ce bandeau devra être porté en permanence pendant 15 jours et ce, de nuit comme de jour. Non seulement, il protège les oreilles, mais prévient également l’inflammation post-opératoire et accélère la cicatrisation des incisions. Puisque ces dernières se situent derrière les oreilles, elles sont très discrètes et disparaissent même dans les plis naturels des oreilles. Le patient pourra reprendre ses activités au bout de cinq jours après l’opération.

Les résultats sont visibles dès qu’on ôte le bandeau et s’amélioreront au fil des jours. L’otoplastie peut être réalisée même chez les adultes, mais la majorité des patients sont des enfants. 

A lire aussi pour l'otoplastie en Tunisie ici.